Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Il y a trois ans, il nous emmenait à New-York dans Un homme de joie (Casterman). Après un détour par Paris avec Le Vendangeur de Paname (Delcourt), le dessinateur amiénois David François nous fait de nouveau traverser l’Atlantique. Son dernier album, Chaplin en Amérique (Rue de Sèvres) est le premier tome d’un triptyque scénarisé par Laurent Seksik sur le parcours extraordinaire de l’acteur-réalisateur de cinéma muet.

Octobre 1912. Charles Spencer Chaplin (1889-1977) et son ami Arthur Stanley Jefferson, dit Stan Laurel (1890-1965) voguent vers l’Amérique. Les deux comédiens anglais doivent jouer en tournée pendant trois mois dans un spectacle de music-hall produit par Fred Karno. Stan Laurel qui formera en 1927 le fameux duo comique avec Oliver Hardy, doute du succès de l’entreprise mais le futur Charlot croit dur comme fer en sa bonne étoile.

"Salut, l’Amérique ! Je suis venu te conquérir ! Il n’est pas un homme, une femme, un enfant qui n’aura pas mon nom aux lèvres ! Charles Spencer Chaplin !"

 

Le grand destin de Charlie Chaplin, par Laurent Seksik et David FrançoisLe grand destin de Charlie Chaplin, par Laurent Seksik et David François

On pense au Rastignac d’Honoré de Balzac, séducteur impatient de conquérir Paris. Jusqu’ici pourtant, la vie n’a pas vraiment souri au jeune Chaplin. À la faveur de quelques flashbacks (les cases sont alors en bleu-gris, noir et blanc), on apprend qu’il a connu une enfance misérable à Londres dans le quartier de Kennington Road. Son père, artiste de music-hall, a sombré dans l’alcool et la déchéance avant de mourir, sa mère est internée en hôpital psychiatrique.

Mais Charles a raison de ne pas renoncer. Malgré les critiques désastreuses de son spectacle au Lincoln Theater de Washington – "Le journaliste du New-York Post dit que c’est la plus mauvaise pièce de tous les temps" - il attire l’attention du producteur d’Hollywood, Mack Sennett. En décembre 1912, Chaplin se rend à Los Angeles à son invitation. David François, coloriste de talent, troque les teintes sombres du début contre le ciel bleu de la Californie. Le jour où Chaplin improvise Charlot, la magie opère. Il est résolument en route vers la lumière… et l’immortalité.

Le grand destin de Charlie Chaplin, par Laurent Seksik et David FrançoisLe grand destin de Charlie Chaplin, par Laurent Seksik et David François

Comme la plupart d’entre nous, David François connaissait Charlot mais pas la vie de Charlie Chaplin avant de s’engager dans ce projet. Ce sont les éditions Rue de Sèvres qui l’ont mis en contact avec Laurent Seksik, médecin et écrivain, auteur de nombreux romans et essais, et co-auteur avec Laurent Delahousse du docu-fiction Chaplin, la légende du siècle diffusé à la télévision en 2014. Seksik avait déjà adapté deux de ses propres romans en BD : Les Derniers Jours de Stefan Zweig (Casterman, 2012) avec Julien Sorel au dessin et Modigliani, Prince de la Bohême (Casterman, 2014) avec Fabrice Le Hennanff. C’est la première fois avec cet album, qu’il écrit directement pour la bande dessinée.

David François a travaillé un an et demi sur ce tome 1. "C’est vraiment un magnifique projet, explique-t-il le 21 septembre 2019 à Paris, au Salon du livre Fnac. Comme pour une pièce de théâtre, le scénariste a écrit les dialogues, les indications d’action, de lieux. Et j’ai fait toute la mise en scène, c’est ce qu’il y a de plus amusant en bande dessinée. L’idée est que j’écrive par la suite mes propres histoires, je prends donc de plus en plus de liberté." Il a certes fallu lire et se documenter sur la période mais "pas tant que cela, reconnaît David. Il s’agissait surtout de faire en sorte que l’histoire reste crédible".

Le grand destin de Charlie Chaplin, par Laurent Seksik et David FrançoisLe grand destin de Charlie Chaplin, par Laurent Seksik et David François

Côté style, David François fait… du David François ! "On ne peut pas tricher", sourit le dessinateur. Toujours vif et aérien, toujours des personnages aux visages émaciés, nez et menton pointus. Les traits de son héros n’ont pas grand-chose à voir avec ceux du vrai Chaplin mais lorsque celui-ci enfile le costume de Charlot et qu’il se déplace, sorte de pantin désarticulé, le dessin fait mouche.

On retrouve aussi dans cet album, le travail magistral de David sur les décors. Il n’hésite pas à s’affranchir des cases et à occuper l’espace de la page, voire de la double page, pour certaines scènes au caractère épique. Car il y a bien de l’épopée dans le parcours (artistique et personnel) de Charlie Chaplin ! Des bas-fonds londoniens à la gloire internationale, de l’expérience intime au génie universel, son destin est hors du commun. La suite de ce premier tome qui se termine vers 1918, est prévue pour 2020. Charlie Chaplin n’a pas fini de nous impressionner !

Le grand destin de Charlie Chaplin, par Laurent Seksik et David FrançoisLe grand destin de Charlie Chaplin, par Laurent Seksik et David François
 "Des gars comme toi, Charlie, il y en a pas cinq par siècle..."
Tag(s) : #Coups de coeur et curiosités

Partager cet article

Repost0