Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog


Montage

 

Victor Hugo a loué l'appartement du second étage de l'Hôtel de Rohan-Guéménée, place des Vosges à Paris, entre 1832 et 1848. Il y a écrit notamment Ruy Blas (1838), son drame romantique, et entamé la rédaction des Misérables dont on célèbre les 150 ans de la parution cette année.

 

Maison V. Hugo (5)

Dans l'appartement de 280 m² que Victor Hugo partagea avec sa femme, Adèle Foucher, et leurs quatre enfants, la visite s'organise aujourd'hui selon trois périodes : avant, pendant et après l'exil. Sur la première période, tableaux et témoignages retracent l'enfance et la jeunesse du grand homme.

 

Maison V. Hugo (6)

L'appartement reconstitue ensuite les décors de la maison à Guernesey de Juliette Drouet, actrice et maîtresse passionnée d'Hugo, qui a suivi toute la famille hors de France. Alors député, l'écrivain a en effet prononcé un discours sur la misère qui lui a valu de nombreux ennemis, et s'est opposé avec force à Louis-Napoléon Bonaparte ("Quoi ! Après Auguste, Augustule ! Quoi, parce que nous avons eu Napoléon le Grand, il faut que nous ayons Napoléon le Petit !").

 

Maison V. Hugo (2)

Le salon chinois de Juliette Drouet à Hauteville Fairy
 

Quand celui-ci prend le pouvoir lors du coup du d'État du 2 décembre 1851, devenant Napoléon III, Hugo est contraint à l'exil. À Bruxelles d'abord, puis à Jersey, et surtout à Guernesey où il acquiert Hauteville House, qu'il habite pendant 15 ans.

Sans pour autant renoncer à l'engagement politique, l'écrivain y compose une œuvre majeure et inclassable, Les Misérables (1862) qu'il achève, Les Travailleurs de la mer (1866), L’Homme qui rit (1869)... Il y dessine beaucoup également. Après la défaite de 1870, lorsque vient le temps de l'exil pour Napoléon III, Victor Hugo peut rejoindre la France, conformément à son idée : "Quand la liberté rentrera, je rentrerai".

 

Maison V. Hugo (3)

Le salon de Victor Hugo rue de Clichy
 

Alors considéré comme le père de la république, après la perte de trois enfants sur quatre, il se consacre à ses petits-enfants : Georges et Jeanne ("J'ai devant les césars, les princes, les géants, De la force debout sur l'amas des néants, Devant tous ceux que l'homme adore, exècre, encense, Devant les Jupiters de la toute-puissance, Été quarante ans fier, indompté, triomphant ; Et me voilà vaincu par un petit enfant." L'Art d'être grand-père). Son salon de la rue de Clichy puis la chambre au mobilier médiéval de son appartement avenue d'Eylau, sont eux aussi reconstitués. 

Maison V. Hugo (4)

L'exposition Les arcs-en-ciel du noir - La Maison de Victor Hugo invite Annie Le Brun se tient jusqu'au 19 août 2012 au premier étage de l'Hôtel de Rohan-Guéménée. Des lavis, estampes, photographies, lettres, objets de collection... se répondent et dessinent le contours du personnage hugolien, absorbé tout entier par les ténèbres. Une obscurité qui le hante et d'où, pourtant, surgit une lumière.
 

Maison V. Hugo (7)

Le visiteur est invité à parcourir la vie de l'écrivain selon sept thématiques : noir comme la jeunesse, noir comme le théâtre des passions, noir comme les voyages, noir comme la liberté, le choix du noir, noir comme l’infini, noir comme l’éblouissement.

La lecture des textes de Victor Hugo par le comédien et metteur en scène Benjamin Lazar et par Louise Moatti, accompagnent (...ou bercent, interpellent, bouleversent) le visiteur, dans ces déambulations obscures. ("L’homme qui ne médite pas vit dans l’aveuglement, l’homme qui médite vit dans l’obscurité. Nous n’avons que le choix du noir." William Shakespeare - les Âmes. Victor Hugo).

 

Justitia

Victor Hugo, "Justitia", 1857, plume et lavis d'encre brune, crayon et gouache sur papier vélin
© maison de Victor Hugo

 

"Il s'enfonçait dans cette nuit comme dans un gouffre.
Quelque chose le poussait, quelque chose l'attirait.
Ce qui se passait en lui, personne ne pourrait le dire, tous le comprendront.
Quel homme n'est entré, au moins une fois en sa vie,
dans cette obscure caverne de l'inconnu ?"
(Les Misérables)

 

6, place des Vosges-75004 Paris 
Tél. : 01 42 72 10 16 
www.musee-hugo.paris.fr 
Exposition "Les arcs-en-ciel du noir" 
Commissaire invité : Annie Le Brun 
Tag(s) : #Coups de coeur et curiosités

Partager cet article

Repost0