Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 
272 pages
Éditions Stock
Format : 13,8 x 21,6 cm
EAN : 9782234085725
30 janvier 2019 - Prix 17,50 €

Quatrième de couverture : " À la suite d’une série de malaises, un écrivain croit toucher à la limite entre la vie et la mort. Dès lors, il s’interroge sur la notion de destin, en questionnant les hasards et les coïncidences heureuses de son existence pour y trouver un sens. Afin d’approfondir ces réflexions, il décide de se retirer du monde pendant deux mois et de rechercher Dieu par tous les moyens, y compris par la pratique active de la méditation. Dans le même temps, il réapprend à gérer les impératifs de la vie quotidienne et à s’occuper de lui sans aide, lui qui souffre depuis quinze ans d’une maladie invalidante qui a restreint ses capacités d’action. Simple et bouleversant, ce livre est le récit d’un road-trip intime à la recherche du divin."

CVDans Ce nom qu’à Dieu ils donnent (Ed. Stock), Guillaume de Fonclare renoue avec le récit à la première personne après un détour par le roman en 2017 (Garbo, Ed. Stock). La question de Dieu, entre quête et enquête, occupe ici l’écrivain qui se revendique pourtant "athée pratiquant" depuis de nombreuses années. Baptisé dans la religion catholique, Guillaume a suivi ses parents à l’âge de sept ans dans leur conversion au protestantisme avant de perdre la foi quand il était adulte. Depuis quinze ans, il doit composer avec une maladie neuromusculaire invalidante et douloureuse. Et c’est précisément lors d’une crise aiguë que l’idée de Dieu resurgit dans sa vie "puissante, envahissante, sous la forme d’un rêve".

Lecture : Ce nom qu'à Dieu ils donnent de Guillaume de FonclareLecture : Ce nom qu'à Dieu ils donnent de Guillaume de Fonclare

Ce rêve étrange ne rend pas la foi à l’homme qui souffre, mais elle fait naître en lui une irrépressible "envie de savoir, l’envie d’acquérir une connaissance qui ne serait pas uniquement l’aboutissement d’une réflexion intime et centrée sur elle-même, tournant et retournant les mêmes questions existentielles sur la réalité de la vie après la vie, mais une connaissance obtenue par l’expérience, les rencontres et l’échange de points de vue."

Attentif aux signes qui semblent le guider, l’auteur trouve le refuge idéal pour mener à bien son projet. Pendant cinq semaines, il est accueilli à la maison de Pure Fiction, résidence d’écrivain sise sur le Causse du Lot à Calvignac, dans le Quercy.  "On est saisi par cette immensité ; c’est dix kilomètres au moins de bois et d’anciennes pâtures, rocailles et rochers en pagaille qui dévalent des coteaux acérés comme des lames de couteau". Promenades solitaires, écriture et méditation quotidienne ; Guillaume de Fonclare chemine. Littérairement et intérieurement.

Lecture : Ce nom qu'à Dieu ils donnent de Guillaume de FonclareLecture : Ce nom qu'à Dieu ils donnent de Guillaume de Fonclare

Son livre rend compte du processus, entre interrogations, doutes et hypothèses diverses. Comment Dieu, s’Il existe, peut-Il être indifférent à la souffrance humaine ? La musique, la beauté, la nature, émanent-elles de Lui ? "L’amour est-il parcelle du divin ?" Où sont nos morts chéris si la vie continue au-delà de la vie ? "Qu’est-il advenu de toi, Serge des vallons et des collines de ce Midi que tu aimais tant ?" (Cf. Dans tes pas, Ed. Stock). Convoquant les souvenirs et les pertes, dont celle du père, irréparable, quand il était enfant, Guillaume de Fonclare questionne. "Je voulais des certitudes, et je n’ai pour finir que des interrogations". Mais chercher Dieu, n’est-ce pas déjà y croire ?

L’expérimentation menée "avec la plus intense honnêteté" puise aussi chez les autres, ces quelques témoins que l’auteur a choisi de tutoyer dans son récit et qui - croyants ou non - l’éclairent comme des phares.  Bertrand, Christian, Charlotte, Jacques, Alain, Thierry… Frères humains engagés auprès de leurs familles, leurs patients, leurs lecteurs, leurs élèves, en prise avec le monde qui les entoure, ils lui donnent un supplément d’âme et de lumière. Ce que nous montre ici l’écrivain, c’est que le chemin spirituel, aussi intime soit-il, n’est pas un chemin de solitude. Il se nourrit d’échanges, de moments de partage. Peu importent au demeurant les convictions de chacun. Les rencontres et les liens d’amitié enrichissent la prodigieuse  "aventure intérieure". En relation avec le divin  ?

"Je suis parti de chez moi pour traquer un gibier qui ne se laisse pas attraper au filet des hommes, et qui ne se mérite que dans le silence et la contemplation, pas dans le bruit et la   fureur."
Tag(s) : #Lectures

Partager cet article

Repost0